En souvenir de Christine Renon

Publié le 10 janvier 2020 à 13:55

Son geste avait bouleversé la communauté éducative, bien au-delà de la Seine-Saint-Denis. Le 21 septembre 2019, Christine Renon, directrice de l’école Mehul à Pantin mettait fin à ses jours dans le hall de son établissement. D’après un communiqué publié vendredi dernier par le syndicat d’enseignants du premier degré SNUipp-FSU, la direction académique de Seine-Saint-Denis a reconnu que son suicide était « imputable au service ». « Cela a une symbolique énorme. L’administration reconnaît sa responsabilité dans ce drame. De toute façon, il suffisait de lire la lettre de Christine Renon pour le comprendre », souligne Caroline Marchand, cosecrétaire départementale d

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Encore un mauvais coup contre les enseignants

Rien ne va décidément plus dans l’Éducation nationale. Si elle est peu médiatisée, une pétition circule actuellement pour soutenir le réseau Canopé menacé de démantèlement.

Canopé, c’est le Réseau de création et d’accompagnement pédagogique qui a pris la succession du Centre national de documentation (...)

La crise ? Mais quelle crise ?

On nous dit que l’économie mondiale tourne au ralenti et, alors que la France connaît des mouvements sociaux, les bourses ne se sont jamais aussi bien portées. Logique absurde et cynique du capitalisme : les entreprises du CAC 40 sont essentiellement des sociétés mondialisées. Ces multinationales (...)

Retraites La mémoire d’Ambroise Croizat insultée

C’est en tout cas ce que reproche le petit-fils du ministre communiste du Travail et de la Sécurité sociale (dans les premières années qui suivent la Libération) au député LREM Julien Bargeton. Afin de s’en prendre aux très nombreux opposants à la réforme du système des retraites, l’élu macroniste (...)

Services publics Radio France : la casse invisible

Les quatre longues semaines de grève à Radio France n’ont pas fait plier la direction qui maintient son plan de 299 licenciements. Cette attaque fait partie d’un plan général de casse des services publics. Mais le cas de Radio France semble presque passer inaperçu. Pour sa présidente, Sibyle Veil, il (...)

A la Une :

Lire aussi :