Il paraît qu’on « pue »

Publié le 1er juillet 2022 à 16:58

« La Nups [SIC], cette nouvelle France rance (...) ça pue, la populace révolutionnaire est de retour et entend faire la loi comme en 1793... » Non, ce n’est pas du Céline, c’est du Franz-Olivier Giesbert, le « grand » journaliste, écrivain, essayiste, en tout cas pas poète, que les milieux branchés surnomment « FOG ». Ces mots sont tirés de l’un de ses éditoriaux dont le magazine Le Point est friand. Il paraît que cet homme a raté, à deux voix près, son entrée à l’Académie française le 12 mai dernier. On a envie de dire : heureusement. Il briguait le fauteuil numéro 19 de Jean-Loup Daba

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous