Jean Jaurès censuré

Publié le 6 novembre 2020 à 17:31

Belle initiative que celle du ministère de l’Éducation nationale de proposer à ses professeurs de lire la lettre de Jean Jaurès aux enseignants lors de l’hommage à Samuel Paty organisé ce lundi 2 novembre. C’était sans compter la petite touche du ministère qui a jugé bon de supprimer un paragraphe qui, semble-t-il, ne lui plaisait pas. Le voici donc dans son intégralité : « J’en veux mortellement à ce certificat d’études primaires qui exagère encore ce vice secret des programmes. Quel système déplorable nous avons en France avec ces examens à tous les degrés qui suppriment l’initiative du maître et aussi la bonne foi de l’enseignement, en sacrifiant la réalité à l’apparence ! Mon inspection serait bientôt faite dans une école. Je ferais lire les écoliers, et c’est là-dessus seulement que je jugerais le maître. »

Lire aussi : La lettre de Jean Jaurès lue aux élèves.

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Atteinte aux libertés Macron inquiète la presse étrangère

Ce sont nos confrères de Mediapart qui ont condensé l’ensemble des réactions de la presse étrangère « interloquée » face à cette loi « sécurité globale ». « Le président de la République se présente comme le champion de la liberté de la presse dans le monde musulman (...). Mais de retour en France, (...)

Médias Du rififi chez RFI

Quel est le point commun entre Élizabeth II, Arlette Laguillers, Yoko Ono et Raúl Castro ? Ils ont tous été déclarés morts sur le site de RFI ce lundi 16 novembre. La radio a présenté ses excuses pour avoir publié, par erreur, une centaine de nécrologies. Ce genre de contenu est habituellement (...)

Covid-19 À quoi joue l’Éducation nationale ?

Fermeront, fermeront pas ? À l’heure où ces lignes étaient écrites, les lycéens et leurs professeurs étaient en attente de la décision du Conseil de défense qui devait décider de la fermeture ou non de leurs établissements. Les mesures annoncées une semaine plus tôt par le ministre de (...)

Lire aussi :