Jean-Luc Mélenchon se prendrait-il pour Dieu ?

Publié le 13 novembre 2020 à 17:02

« Quand tout va mal et que ça semble être nuit noire pour beaucoup de gens qui ne trouvent pas leur compte dans la brutalité de cette société, il faut allumer une lumière pour qu’on se dise “il y a un bout au tunnel, on peut faire autrement” » a déclaré Jean-Luc Mélenchon lors de son annonce de candidature à la présidentielle sur le plateau de TF1 dimanche dernier. Ce serait donc lui, la « lumière au bout du tunnel ». Ou le « phare dans la nuit », au choix. Après son fameux « la République, c’est moi », Mélenchon reprend donc encore du galon ! Il se croit en tout cas suffisamment puissant pour penser qu’il n’a besoin de personne (ou presque), pas même d’alliés à gauche, pour partir, une troisième fois et de manière unilatérale, à la conquête du pouvoir. L’union de la ga

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Atteinte aux libertés Macron inquiète la presse étrangère

Ce sont nos confrères de Mediapart qui ont condensé l’ensemble des réactions de la presse étrangère « interloquée » face à cette loi « sécurité globale ». « Le président de la République se présente comme le champion de la liberté de la presse dans le monde musulman (...). Mais de retour en France, (...)

Médias Du rififi chez RFI

Quel est le point commun entre Élizabeth II, Arlette Laguillers, Yoko Ono et Raúl Castro ? Ils ont tous été déclarés morts sur le site de RFI ce lundi 16 novembre. La radio a présenté ses excuses pour avoir publié, par erreur, une centaine de nécrologies. Ce genre de contenu est habituellement (...)

Le Talon de Fer Complots

L’extrême droite était au pouvoir aux USA depuis quatre ans. À travers le personnage de Trump, elle est allée jusqu’au bout de sa logique et le bout de sa logique, c’est le déni psychotique et le complotisme.
Il y a quelque chose de fascinant dans la manière dont il s’accroche au pouvoir. Il (...)

élections La leçon américaine

Le clap de fin n’a pas encore mis un terme au mauvais feuilleton de l’élection présidentielle américaine. Donald Trump persiste à s’autoproclamer vainqueur, exacerbant ainsi les tensions. Pendant son mandat, il n’a cessé de diviser et hystériser le peuple américain. Les fausses promesses, les (...)

Le Talon de Fer Le guignol préfaciste

Je comprends tout à fait que l’on puisse être conservateur, en France, comme en Amérique (je ne suis pas certain que le conservateur puisse comprendre qu’on soit communiste mais ce n’est pas là mon propos).
Je comprends donc tout à fait qu’on puisse être Républicain. Une fois qu’on en a (...)

Lire aussi :