La chasse, oui, les livres, non !

Publié le 6 novembre 2020 à 17:28

Les conditions de ce reconfinement ne cessent de nous étonner. En pleine saison de chasse, le gouvernement a décidé d’autoriser des dérogations de déplacement pour que les chasseurs puissent continuer à exercer cette activité « essentielle ». En revanche, quand les libraires et leurs syndicats réclament la réouverture des librairies, le Premier ministre Jean Castex annonce à la place la fermeture des rayons dits « non essentiels » des grandes surfaces, dont ceux consacrés à la librairie. Les consommat

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Atteinte aux libertés Macron inquiète la presse étrangère

Ce sont nos confrères de Mediapart qui ont condensé l’ensemble des réactions de la presse étrangère « interloquée » face à cette loi « sécurité globale ». « Le président de la République se présente comme le champion de la liberté de la presse dans le monde musulman (...). Mais de retour en France, (...)

PCF Des ateliers d’écriture pour les 100 ans du PCF

Dans le cadre du centenaire du Parti communiste français, le collectif Culture de la Fédération du Nord a mis en place des ateliers d’écriture. Ils ont démarré en octobre et dureront jusqu’en mai 2021 avec une restitution prévue en juin. Liberté Hebdo, partenaire de l’opération, publie (...)

Amazon Vendredi noir

Le gouvernement a remporté une victoire éclatante contre Amazon la semaine dernière... Ils ont récupéré les impôts impayés de ce géant du numérique ?
Non non, ne rêvez pas... ils ont obtenu que le « Black Friday » soit annulé... non non, ne rêvez pas, mais simplement reporté, on parle du 4 décembre. Il se (...)

Point de vue Alerte pour les jeunes de moins de 25 ans

« ll n’y aura pas de RSA pour les moins de 25 ans », a rappelé le gouvernement, par la voix de son Premier ministre, Jean Castex.Étendre le revenu de solidarité active aux 800 000 jeunes sans formation ni emploi équivaudrait à moins de 5 milliards d’euros. Cette information est à mettre en (...)

Lire aussi :