La crise ? Mais quelle crise ?

Publié le 10 janvier 2020 à 13:59

On nous dit que l’économie mondiale tourne au ralenti et, alors que la France connaît des mouvements sociaux, les bourses ne se sont jamais aussi bien portées. Logique absurde et cynique du capitalisme : les entreprises du CAC 40 sont essentiellement des sociétés mondialisées. Ces multinationales regardent en priorité vers les pays où elles ont leurs marchés. Par ailleurs, avec les taux d’intérêt très bas, l’épargne populaire ne rapporte rien. Donc les spéculateurs se replie

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

CAC 40 Des dividendes records en 2019

60 milliards d’euros, c’est l’orgie de liquidités restituées en 2019 aux actionnaires du CAC 40, dépassant de très loin le niveau record de 2007, avant la crise financière. En hausse de 12 % par rapport à 2018, ces dividendes versés pour l’essentiel aux grands actionnaires des multinationales du CAC 40 (...)

En souvenir de Christine Renon

Son geste avait bouleversé la communauté éducative, bien au-delà de la Seine-Saint-Denis. Le 21 septembre 2019, Christine Renon, directrice de l’école Mehul à Pantin mettait fin à ses jours dans le hall de son établissement. D’après un communiqué publié vendredi dernier par le syndicat d’enseignants du (...)

Retraites La mémoire d’Ambroise Croizat insultée

C’est en tout cas ce que reproche le petit-fils du ministre communiste du Travail et de la Sécurité sociale (dans les premières années qui suivent la Libération) au député LREM Julien Bargeton. Afin de s’en prendre aux très nombreux opposants à la réforme du système des retraites, l’élu macroniste (...)

Services publics Radio France : la casse invisible

Les quatre longues semaines de grève à Radio France n’ont pas fait plier la direction qui maintient son plan de 299 licenciements. Cette attaque fait partie d’un plan général de casse des services publics. Mais le cas de Radio France semble presque passer inaperçu. Pour sa présidente, Sibyle Veil, il (...)

Y’a d’la joie...

Foin de la sinistrose, arrêtez donc de faire la tête, faites la fête, réjouissons-nous bon sang ! Jouez hautbois, résonnez musettes, Alléluia ! Finis les « burn out » et antidépresseurs, jetez par-dessus bord Lexomil, Temesta et autre Prozac ...

Dites donc, il n’aurait pas un peu fumé la moquette (...)

A la Une :

Lire aussi :