Pour les personnes handicapées, le sexe, c’est toujours pas le pied

Publié le 14 février 2020 à 20:59

Il y a une quinzaine d’années, la question de la sexualité pour les personnes handicapées avait été posée, et immédiatement refermée, lors d’un colloque sur le handicap à l’Institut régional du travail social (IRTS), à Loos. Encore avait-elle été évoquée par le journaliste-animateur en toute fin de journée. Aujourd’hui, à l’occasion de la Conférence nationale sur le handicap, les participants marchent toujours sur des œufs en abordant le sujet.

Quant à l’inter

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Les luttes fécondes...

Nous vivons une époque formdable. Le mouvement social, qui ne meurt pas mais change de forme au fil des semaines, nous offre des moments incroyables

D’abord, il s’est inscrit dans la durée et s’enracine dans les profondeurs de l’histoire sociale et politique de ce pays. La durée : imaginons un (...)

75 ans de la libération d’Auschwitz

75 ans de la libération d’Auschwitz. Un petit coucou à ceux qui s’obstinent dans l’obscénité révisionniste la plus totale à mettre le signe égal entre nazisme et communisme. Auschwitz, il y a ceux qui l’ont construit et puis il y a ceux ceux qui l’ont libéré. Et ceux qui l’ont libéré, ce sont bel et bien (...)

Lubrizol au Sénat

Quatre mois après l’incendie de Lubrizol, les auditions concernant cette affaire se poursuivent au Sénat. André Picot, président de l’association Toxicologie-Chimie (ATC), assure que l’amiante s’est bien dispersée lors de l’incendie de Lubrizol. « Il y avait un toit en fibrociment. Il est retombé en (...)

Les faux durs

« La France est prête à reporter le paiement des acomptes de sa taxe digitale à décembre 2020 », a confirmé Bruno Le Maire. En contrepartie, les « États-Unis sont prêts à suspendre les sanctions » qu’ils menaçaient de prendre contre des produits français pendant ce temps. Autrement dit, dans le bras de fer (...)

A la Une :

Lire aussi :