Une « réputation » à défendre

Publié le 26 avril 2022 à 18:47

« Ce n’est jamais agréable d’être visé » par un mandat d’arrêt international, a réagi l’avocat de Carlos Ghosn, Jean Tamalet, après que la justice française a effectivement engagé cette procédure contre son client actuellement réfugié au Liban. C’est « une mesure qui attaque la réputation » et « elle va probablement être mal interprétée par une grande partie du public », s’est-il plaint. Ce mandat d’arrêt intervient dans le cadre d’une enquête, pardon de le rappeler, pour « abus de biens sociaux, blanchiment et corruption ». Alors, la meilleure défense étant l’attaque, l’avocat de l’ancien patron de l’alliance Renault-Nissan est monté sur ses grand

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous