Vis ma vie

Publié le 5 mars 2021 à 11:33

« Nous n’avons commis aucun trouble à l’ordre public ni aucun acte illégal » s’étonnait ce mercredi 3 mars la porte-parole de Génération identitaire Thaïs d’Escufon à propos des contrôles d’identité, de son point de vue sans fondement, qu’elle subissait avec ses comparses. Ils s’étaient réunis dans un parc de la capitale pour une dernière « action » alors qu’ils contestaient la dissolution de leur groupe, accusé de défendre « une idéologie appelant à la discrimination, à la violence ou à la haine au nom de théories racialistes ou suprémacistes » selon le décret de dissolution. L’occasion pour eux de vivre, pour une fois dans leur existence, le quo

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous