Julien Lauprêtre a fait grandir la solidarité populaire (2/2)

À toi notre ami, notre camarade...

Publié le 3 mai 2019 à 10:13 | Mise à jour le 7 mai 2019

« Quand je veux du pain, je vais chez le boulanger ; quand je veux faire la solidarité, je choisis une association de solidarité et naturellement le Secours populaire. » Combien de fois ai-je entendu Julien Lauprêtre énoncer cette formule de bon sens, « pour mettre les points sur les i » affirmait-il, soucieux de l’indépendance de l’association.

Par Pierre OUTTERYCK, historien

« Quand je veux du pain, je vais chez le boulanger ; quand je veux faire la solidarité, je choisis une association de solidarité et naturellement le Secours populaire. » Combien de fois ai-je entendu Julien Lauprêtre énoncer cette formule de bon sens, « pour mettre les points sur les i » affirmait-il, soucieux de l’indépendance de l’association. « La solidariténe règle pas tout, mais pour celles et ceux qui la reçoivent, elle est irremplaçable. » Et il ajoutait aussi

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Marcel Rocq Un vétéran du PCF disparaît

Nous avons appris la disparition de Marcel Rocq à l’âge de 77 ans, le 26 septembre dernier. Marcel fut un de ces hommes de conviction, idéaliste, humble ne comptant pas ses heures pour le Parti communiste français. Il a été adjoint au maire de Calais aux fêtes de 1977 à 1983, mais également premier (...)

A la Une :

Lire aussi :