Baccalauréat

Faire stresser le ministère

par Franck Jakubek
Publié le 21 juin 2019 à 11:50 | Mise à jour le 25 juin 2019

Un appel unitaire, quasi unanime - il manque, entre autres, la CFDT et l’UNSA - mais personne ne semble étonné. Par contre, « un tel appel ne s’est produit qu’à deux reprises : en 1968 et en 2003 », rappelle le communiqué commun pour la journée de grève de la surveillance du bac le 17 juin.

Il s’agit bien, pour le corps enseignant, d’inverser la vapeur. Faire pression sur le ministère « pour exiger le retrait des réformes des lycées et du baccalauréat » est la première volonté des enseignants mobilisés lundi 17 juin. Pour le premier jour du bac, les organisations syndicales ont frappé fort afin de marquer leur désaccord envers une politique sourde à toutes les propositions.

Face à un mur, les professeurs ont édifié le leur, en carton, face au rectorat, rue Saint- Jacques, à Lille. Un mur symbolisant

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Marcel Rocq Un vétéran du PCF disparaît

Nous avons appris la disparition de Marcel Rocq à l’âge de 77 ans, le 26 septembre dernier. Marcel fut un de ces hommes de conviction, idéaliste, humble ne comptant pas ses heures pour le Parti communiste français. Il a été adjoint au maire de Calais aux fêtes de 1977 à 1983, mais également premier (...)

A la Une :

Lire aussi :