À Arras, ville natale de Robespierre

Le visage de l’Incorruptible décryté

Publié le 23 avril 2019 à 12:07 | Mise à jour le 25 avril 2019

Àl’initiative de l’Association des amis de Robespierre dont elle est membre, l’Écossaise Marianne Gilchrist, historienne de l’art, donnait le 28 mars au musée d’Arras une conférence sur le visage d’un révolutionnaire exemplaire. Robespierre au travers de ses portraits : le choc de la représentation réaliste et graphique avant les pouvoirs ambigus de l’art photographique.

Au début de la période révolutionnaire, les portraitistes soucieux et méticuleux, sous la conduite de Thomas Jefferson et surtout de Gilles Louis Chrétien, se spécialisent dans le profil des personnalités qui prennent part àla construction de notre République. À partir du profil grandeur nature, la miniaturisation des profils s’avère aussi pointue qu’un selfie. Chrétien invente une drôle de machine infernale : le Physionotrace.

Le modèle, le dessinateur, le graveur « manipul

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Laïcité Un long combat au sein des associations familiales

Dans le concert des associations familiales, peu finalement s’inscrivent dans une démarche issue de la gauche de progrès. L’Union des familles laïques (UFAL) s’inscrit dans ce courant de pensée. Elle vient de tenir son congrès, et pour son trentième anniversaire, c’est à Lille qu’il s’est déroulé. (...)

A la Une :

Les Oliveaux Pourquoi tuer Kennedy ?

La tour n’est pas insalubre et les mesures de sécurité propre à ce type de construction sont respectées.

Pourquoi veulent-il abattre la tour Kennedy ? Le comité de défense (lire ci-des-sus) note que les visites de sécurité sont régulières et que les normes anti-incendie sont (...)

Lire aussi :