FÊTE DE l'HUMANITÉ

Plongée dans un rassemblement populaire et pétillant d’idées

par Ousmane Mbaye
Publié le 20 septembre 2019 à 19:19

« Pour la Fête de l’humanité, ce sera par ici ! ». Silhouette longiligne, casquette rouge vissée sur la tête et assortie à son gilet, le jeune agent d’accueil s’égosille gare du Bourget. Réquisitionnés pour l’occasion, les gilets rouges (à ne pas confondre avec les gilets jaunes) accueillent le flux innombrable des visiteurs qui se rendent à la Courneuve. Ils orientent, ils conseillent, ils tiennent bon face à cette déferlante humaine.

Sous une chaleur digne d’un mois d’août, les visiteurs se dirigent vers le bus de substitution « 133 ».En quelques minutes, il est « plein comme un œuf », certains n’hésitent pas à jouer des coudes pour s’ouvrir des espaces. D’autres préfèrent se faufiler discrètement entre les gens, dans l’espoir d’y avoir une place. Une fois à l’intérieur, les degrés montent et l’air devient irrespirable, faute de climatisation. La tension est palpable.

« Mondialisons la solidarité ! »

« Collés-serrés » ,

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Marcel Rocq Un vétéran du PCF disparaît

Ce jeudi 26 septembre, nous avons appris la disparition de Marcel Rocq à l’âge de 77 ans. Marcel fut un de ces hommes de conviction, idéaliste, humble ne comptant pas ses heures pour le Parti communiste français. Il a été adjoint au maire de Calais aux fêtes de 1977 à 1983, mais également premier (...)

A la Une :

Lire aussi :