DOSSIER : PRÉCARITÉ DES ÉTUDIANTS

Sans travail, pas d’études

par Ousmane Mbaye
Publié le 22 novembre 2019 à 18:32 | Mise à jour le 27 novembre 2019

En France, près d’un étudiant sur deux doit travailler à côté de ses études. Fabio Cioni, 24 ans, ne déroge pas à la règle. L’étudiant en master II Gestion des organisations sociales à l’université de Lille occupe également en parallèle un service civique « accueil des personnes exilés » basé sur son lieu d’études. S’il économise en temps de trajet, il doit tout de même jongler entre 25h de cours et 20h de service civique hebdomadaire. Cet exercice lourd et périlleux est

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

A la Une :

Lire aussi :