Une expulsion politique au Maroc

Publié le 17 juillet 2019

Claude Mangin-Asfari vient une nouvelle fois d’être expulsée du Maroc. En mai 2018, elle avait fait trente jours de grève de la faim. Pour masquer ses crimes contre les Sahraouis, le Maroc interdit à Claude Mangin-Asfari de rendre visite à son mari, en violation de toutes les règles internationales. Son mari Naama Asfari est emprisonné et condamné à une lourde peine, avec plusieurs de ses compagnons, pour avoir participé à la révolte des Sahraouis du camp de Gdeim Izik en territoire occupé par le Maroc. L’acharnement du pouvoir est tel que le comité contre la torture des Nations unies s’est saisi du dossier. Dans un commu- niqué, le PCF appelle les autorités françaises à faire respecter l’application du droit de visite. « Paris porte une lourde responsabilité dans ce contentieux en faisant obstacle à tout règlement politique de la question du Sahara occidental, en cautionnant l’occupation coloniale marocaine et en s’opposant au référendum d’autodétermination conformément aux résolutions de l’ONU. »

Ces articles peuvent vous interesser :

Douaisis La Poste assigne ses salariés en justice

C’est la nouvelle conception, du concept déjà libéral du « dialogue social ». Cinq militants ont été assignés devant le tribunal par la direction de La Poste pour avoir participé à un rassemblement s’opposant au regroupement des sites de Dechy et Roost-Warendin à proximité de Douai dans le Nord.

En grève (...)

A la Une :

Ascoval au régime de la douche écossaise

Les 270 salariés d’Ascoval, à Saint-Saulve, en sauront sans doute plus dès ce week-end. La chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Strasbourg a en effet convoqué, ce vendredi 21 juin, Ascoval et son repreneur British Steel ou plutôt, la holding qui est détenue par le (...)

Les Oliveaux Pourquoi tuer Kennedy ?

La tour n’est pas insalubre et les mesures de sécurité propre à ce type de construction sont respectées.

Pourquoi veulent-il abattre la tour Kennedy ? Le comité de défense (lire ci-des-sus) note que les visites de sécurité sont régulières et que les normes anti-incendie sont (...)

Lire aussi :