Arnaud Petit

La ruralité en danger

par Franck Jakubek
Publié le 12 avril 2019 à 11:32 | Mise à jour le 18 avril 2019

Candidat sur la liste conduite par Ian Brossat, Arnaud Petit a la fibre collective chevillé au corps. Ancien pompier-volontaire, maire de sa commune, il est également représentant syndical dans son entreprise.

« Les montants des salaires des ouvriers dans le Vimeu (Somme) sont parmi les plus bas. Autour de moi, tout le monde est au SMIC. Un régleur va gagner 100 euros de plus mais c’est tout », alerte Arnaud Petit, chef d’équipe dans une entreprise de robinetterie. Ouvrier métallo, il cumule vingt et un ans d’ancienneté dans la même société. En tant que chef d’équipe, il touche 1500 euros par mois. Une forte prime de participation et une prime annuelle équivalant à un treizième mois viennent certes mettre du beurre dans les épinards mais «  ce n’est pas du salaire » et la situation dépend de chaque entreprise. « Chez nous les loyers sont quasiment à 10 euros du mètre carré », souligne-t-il. Pour un couple au SMIC avec enfants, qui a besoin de deux voit

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Programme Les 10 propositions du PCF pour la France

Dix propositions, pas moins, pour préparer un autre avenir pour la France. C’est la réponse du PCF à la crise actuelle, à la mobilisation des gilets jaunes, au débat national. Loin des idées toutes faites, il s’agit de franchir de nouvelles étapes en osant briser les règles.

1. Augmenter le SMIC (20%), (...)

A la Une :

Lire aussi :