Décès de Fabien Thiémé

Des hommages unanimes

par Franck Jakubek
Publié le 28 décembre 2019 à 15:33 | Mise à jour le 3 janvier 2020

De droite comme de gauche, les témoignages de sympathie à l’annonce du décès de Fabien Thiémé sont de plus en plus nombreux. Nous vous donnons ici à lire ceux parvenus au journal ou sur les réseaux sociaux. La forte personnalité du maire de Marly et son engagement communiste sans réserve ne laisse personne indifférent. Sa disparition rapide laisse un grand vide dans le monde politique du Valenciennois et du Nord. Mais aussi à l’Elysée, où Fabien Thiémé avait été invité en mars dernier pour déjeuner avec le Président Emmanuel Macron à la suite des cahiers de doléances remplis par les habitants de Marly pendant le mouvement des Gilets jaunes en réponse au Grand débat organisé par la président.

Michelle Gréaume, sénatrice (PCF), élue du Valenciennois, est parmi les premières élues à avoir envoyé un message ce matin au journal pour saluer la mémoire de son camarade Fabien Thiémé :

«  C’est le cœur rempli d’émotion et de tristesse que je salue aujourd’hui la mémoire de Fabien Thiémé qui vient de nous quitter à l’âge de 67 ans. Plus qu’un nom, c’était un prénom, Fabien. Prénom par lequel beaucoup l’appelaient familièrement. Signe de sympathie, de proximité et de respect. Parce que Fabien était d’abord un homme du peuple, du Valenciennois, un homme de contact, qui aimait les gens, parler, se retrouver avec eux. Aussi à l’aise aux portes des entreprises, dans les gradins du stade du Hainaut que dans les hémicycles. Fils d’Eugène Thiémé, alias Colonel Michel dans la résistance et d’une maman immigrée polonaise, racines familiales dont il tirait une grande fierté, élevé dans les cités ouvrières de Fresnes sur Escaut, Fabien Thiémé s’est engagé très jeune au sein de la jeunesse communiste et du Parti Communiste Français. A force de travail, d’engagements, le jeune ouvrier fraiseur des ANF Crespin qu’il était, est devenu député, conseiller général avec d’importantes responsabilités en faveur du 3ème âge, des personnes en situation de handicap, de l’enfance, la famille et de la jeunesse, puis maire de Marly depuis 2008. C’était un homme aux convictions affirmées mais d’une grande écoute et qui a prouvé sa capacité à travailler dans le respect des opinions de chacun. Il a marqué de son empreinte le Valenciennois et sa population qu’il défendait avec ténacité. Il refusait les injustices contre lesquelles il n’a cessé se battre. Il a aussi marqué toute une génération de militants et d’élus. Il n’était pas toujours simple de se faire une place ou d’exister à côté d’une telle personnalité. Mais derrière un caractère entier, complexe parfois, se cachait un homme attachant, profondément humain, qui aimait la vie, qui aimait sa famille, ses proches, qui aimait les Hommes. Nous ressentons tous un grand vide. Mes pensées vont à Viviane, à Elodie à qui j’adresse mes plus sincères condoléances, à ses amis, aux membres du Conseil municipal et à la population de Marly. »

En 2015, au milieu de l’équipe municipale et des amis et soutiens, lors des municipales partielles, juste avant l’annonce des résultats définitifs. Photo archives Liberté-Hebdo_Franck Jakubek

Fabien Roussel, secrétaire national du PCF et député du Nord : « Quand j’ai appris hier soir la disparition de Fabien, ce fut d’abord un choc et ensuite une immense tristesse. Fabien était tellement vivant, plein de force et d’énergie, déjà en campagne pour sa ville de Marly et toujours prêt à défendre les Marlysiens et les Marlysiennes. Nous perdons un ami, un camarade, un élu tellement proche des gens. C’est une grande perte pour le Valenciennois et pour notre département où il a été député, vice-président au conseil général du Nord, conseiller régional, vice-président à Valenciennes-Métropole et maire de Marly. Oui, nous sommes nombreux à être sonnés ce matin. Je pense d’abord à sa famille, sa femme Viviane, sa fille Elodie, ses sœurs Marie-Claude et Liliane et ses frères Michel et Lucien. Je pense aussi à ses anciens collègues des ex-ANF, aujourd’hui Bombardier où il a travaillé et milité au sein de la CGT. Je pense aussi aux habitants de sa ville et à ses collègues du conseil général avec qui il a mené tant de combats. Fabien Thiémé était proche des gens et surtout des habitants de sa commune dont il connaissait souvent les prénoms et toute la famille. Il avait une telle passion pour Marly, sa ville qu’il a profondément transformée avec tous les élu(e)s qui l’ont accompagné depuis qu’il en était devenu le maire en 2008. Je me souviens que dans chacun de ses discours, il s’adressait à la jeunesse et partageait son combat pour la Paix, pour l’émancipation humaine. Fils du résistant Eugène Thiémé, alias le Colonel Michel des FTP, qui a dirigé la libération du Valenciennois, il a très tôt fait le choix de l’engagement pour continuer de faire vivre les valeurs du Conseil National de la Résistance. D’abord aux côtés de George Bustin à qui il a succédé puis d’Alain Bocquet, député de la 20ème circonscription, il fait partie de cette génération qui a toujours tout donné pour défendre le droit au bonheur, à la paix et à liberté. Nous continuerons de porter très haut ces belles valeurs qui ont nourri la vie exemplaire de Fabien Thiémé. Au nom du Parti Communiste Français j’adresse mes condoléances les plus sincères et les plus attristées à toute sa famille, à tous les habitants de Marly et du Valenciennois. »

Karine Trottein, Secrétaire départementale du PCF : "Cette fin d’année aura revêtu son manteau de tristesse, notre camarade, Fabien Thiémé, nous a quitté hier. Les mots sont peu de chose... C’est avec beaucoup d’émotion que je salue sa mémoire. Fabien était militant communiste depuis son plus jeune âge, il a donné sa vie aux

Fabien Thiémé a donné toute son énergie pour sa ville et ses habitants. Photo DR

autres. C’était un homme proche des gens, humaniste, sincère, fraternel. Fils de résistant, ouvrier et syndicaliste, il était de tous les combats pour plus de justice sociale. Avec la disparition de Fabien, c’est une page de l’histoire qui se tourne, cette histoire qu’il a écrite, dans le respect des valeurs que nous défendons. Au nom des communistes du Nord, j’adresse mes plus sincères condoléances et mon plus profond soutien à Viviane et Élodie, à sa famille ainsi qu’aux habitant(e)s de Marly."

Laurent Degallaix, maire (UDI) de Valenciennes et président de Valenciennes Métropole :

« C’est avec une vive émotion et beaucoup de tristesse que j’apprends ce matin le décès de Fabien Thiémé. Figure emblématique du paysage politique Valenciennois. J’ai partagé avec lui quelques combats mais aussi beaucoup d’aventures pour la transformation de Marly, ville qu’il aimait tant. »

Joel Gaillet, président du groupe communiste à Valenciennes Métropole et secrétaire de la section PCF Valenciennes-est :

« Mon ami et camarade Fabien Thiémé est décédé hier ." Il est parti le cœur battant " comme le chantait Jean Ferrat . Le valenciennois et le nord perdent un fervent défenseur de la cause humaine ; à toute sa famille je présente mes condoléances les plus attristées et les plus sincères. »

Martine Filleul, secrétaire départementale du parti socialiste du Nord :

« Je viens d’apprendre avec une vive émotion la disparition de mon ami Fabien Thiémé, Maire de Marly, avec lequel j’ai eu plaisir à travailler au département du Nord. Il aimait passionnément sa ville, ses concitoyens et se battait chaque jour pour améliorer leurs quotidiens. »

Charles Beauchamp, Président du Groupe Communiste au Conseil départemental du Nord :

"Fabien nous a quittés. Fabien THIEME, l’homme de tous les combats pour l’Humain n’est plus. Militant communiste, ancien Député, ardent défenseur des Nordistes, des habitants du Valenciennois et de sa ville de Marly dont il est maire depuis 2008, Fabien a aussi été Conseiller Général du Canton de Valenciennes Est de 1988 à 1992 et de 1998 à 2015. Membre actif du Groupe Communiste du Conseil Général, il fut Vice-Président de 1998 à 2015 et ce n’est pas un hasard si les délégations qu’il a eu en responsabilités intéressaient la solidarité : les Personnes Âgées, les Personnes en Situation de Handicap, l’Enfance, la Famille, la Jeunesse. Fabien, comme en toutes circonstances, a su être à la hauteur des enjeux et des attentes des Nordistes. Les politiques départementales qu’il a impulsées et menées, fruit d’un travail de rencontres associatives et individuelles ont marqué et marquent toujours la vie des Nordistes. L’hémicycle du Département résonne encore des interventions de l’ancien ouvrier des ANF en faveur des salariés du Valenciennois. Homme de convictions et de luttes, mais attaché à la diversité, Fabien ne concevait la vie politique que dans la proximité et le rassemblement. Sa disparition laisse un grand vide. Mes camarades et amis du Groupe Communiste : Isabelle Denizon, Bernard Baudoux, Marie-Aline Breda, Jean-Claude Dulieu, Isabelle Choain, Michel Lefevre, Maryline Lucas, Eric Renaud, Claudine Deroeux se joignent à moi pour présenter à Elodie, à Viviane, à toute la famille et à la population de Marly nos plus sincères condoléances."

Patrick Kanner, sénateur(PS) de Lille, ancien président du Conseil général du Nord :

« Mon ami Fabien Thiémé nous a quittés. Marly, sa ville avant tout et le Nord perdent un grand serviteur des valeurs de la République. Fabien n’oubliait jamais son engagement communiste qui a façonné sa vie politique et tout simplement ce qu’il était : un homme au service des autres. »

Martine Aubry, maire de Lille :

« J’apprends avec beaucoup de tristesse la disparition de Fabien Thiémé. Maire de Marly, communiste, homme d’engagement, fidèle et chaleureux. Il va manquer à ce que la politique a de noble. Toutes mes pensées à sa famille et ses proches. »

Bernard Baudoux, maire (pcf) d’Aulnoye-Aymerries et conseiller départemental :

« Je suis profondément attristé de la disparition soudaine de mon ami Fabien Thiémé, Maire de Marly, ancien député et conseiller général du Nord. Fabien rêvait d’un autre monde, un monde de justice et de fraternité. Un monde où la loi du plus fort ne serait pas la règle. Un monde où le vivre ensemble serait notre quotidien. Il a consacré sa vie aux services de toutes de tous, et notamment de cette ville qu’il adorait, Marly, de ses habitants, et de tous les nordistes. Nous avons siégé ensemble de longues années au conseil général du Nord et je peux affirmer qu’il était un grand serviteur de la république. Toutes mes pensées vont vers sa famille et ses proches. »

Alain Bocquet, Président de la Communauté d’Agglomération de la Porte du Hainaut, Maire de Saint-Amand-les-Eaux et Ancien député :

« C’est avec stupeur et une grande tristesse que je viens d’apprendre le décès de mon ami et camarade Fabien Thiémé. Je l’ai connu tout jeune, lorsque dirigeant départemental de la jeunesse communiste, je me rendais régulièrement dans sa maison familiale de la rue Tabary à Fresnes-sur-Escaut pour saluer son père, le résistant Eugène Thiémé. Que de souvenirs ! Je l’ai vu prendre pas à pas des responsabilités au sein du mouvement ouvrier, au syndicat CGT de l’usine ANF de Crespin (aujourd’hui Bombardier), à la Jeunesse communiste, au Parti Communiste Français où il devient trésorier fédéral, Fabien était un militant dans l’âme ! Il aura été de tous les combats pour les droits des travailleurs, pour l’industrie, notamment l’industrie ferroviaire dont il était expert, pour la Paix, l’indépendance des peuples et les libertés. Rendre services aux autres était son crédo et son combat quotidien. Il a toujours accompli avec sérieux et détermination les mandats électifs qui lui ont été confiés : Député, Conseiller général, Conseiller régional, Vice-Président de l’agglomération de Valenciennes Métropole, et particulièrement Maire de Marly qu’il a contribué à transformer. Proche des gens, à leur écoute, soucieux de leur situation sociale, Fabien était un élu courageux et efficace. C’est une grande perte pour notre population du Valenciennois et de sa ville de Marly. C’est une grande perte pour sa famille, ses proches, ses amis et camarades. Mes pensées et condoléances s’adressent à son épouse Viviane, sa fille Elodie, à ses soeurs Liliane et Marie-Claude, à ses frères Michel et Lucien et à toute sa famille. »

De la part d’Emmanuel Macron, Président de la République, transmis par les services de l’Elysée dimanche 29 décembre : "Il était un homme au service des autres. Fabien Thiémé, grande figure du Parti communiste français et élu du Nord depuis plus de trente ans, s’en est allé. Né près de Valenciennes, il était le fils du résistant Eugène Thiémé qui avait commandé les Francs tireurs du Nord. C’était son plus bel héritage et il n’avait jamais cessé de s’en montrer digne, en combattant à son tour, sans relâche, pour les trois valeurs cardinales de notre République.

Avec la section du PCF en juillet sur la braderie pour les réservations des bus pour la journée annuelle à Malo.

Fabien Thiémé avait commencé sa carrière comme fraiseur aux Ateliers de construction du Nord de la France et s’était rapidement engagé comme délégué CGT. Son goût pour le militantisme, son talent pour la politique, le hissèrent bientôt, à seulement 24 ans, au rang des permanents de sa fédération. Fort de ses engagements, il avait été élu député de 1988 à 1993, et fut longtemps conseiller général et régional, occupant d’importantes responsabilités, notamment en faveur des plus fragiles : personnes en situation de handicap, enfants, jeunes, personnes âgées ou dépendantes. En 2008, il avait été élu maire de Marly, une commune de la banlieue de Valenciennes, et il remplissait cette fonction avec une énergie et un humanisme reconnus de tous. De nombreux élus du Nord, d’horizons politiques très divers, ont d’ailleurs exprimé à l’unisson leur tristesse devant la disparition de cet homme de contacts et de terrain, chaleureux, passionné par sa ville et sa région, et qui savait travailler avec tout le monde pour tendre plus sûrement à l’intérêt général. Les habitants du Valenciennois et de Marly en particulier perdent un homme de cœur, qui ne pensait qu’à les servir, à améliorer leur quotidien, à rendre la vie de leurs communautés toujours plus fraternelle. Le Président de la République salue l’inlassable engagement de cet homme qui a consacré sa vie au service de sa région, de ses habitants, et de la République française. Il adresse à sa famille, à ses proches, à ses camarades et à tous les Nordistes ses sincères condoléances. Il était un homme au service des autres. Fabien Thiémé, grande figure du Parti communiste français et élu du Nord depuis plus de trente ans, s’en est allé. Né près de Valenciennes, il était le fils du résistant Eugène Thiémé qui avait commandé les Francs tireurs du Nord. C’était son plus bel héritage et il n’avait jamais cessé de s’en montrer digne, en combattant à son tour, sans relâche, pour les trois valeurs cardinales de notre République. Fabien Thiémé avait commencé sa carrière comme fraiseur aux Ateliers de construction du Nord de la France et s’était rapidement engagé comme délégué CGT. Son goût pour le militantisme, son talent pour la politique, le hissèrent bientôt, à seulement 24 ans, au rang des permanents de sa fédération. Fort de ses engagements, il avait été élu député de 1988 à 1993, et fut longtemps conseiller général et régional, occupant d’importantes responsabilités, notamment en faveur des plus fragiles : personnes en situation de handicap, enfants, jeunes, personnes âgées ou dépendantes. En 2008, il avait été élu maire de Marly, une commune de la banlieue de Valenciennes, et il remplissait cette fonction avec une énergie et un humanisme reconnus de tous. De nombreux élus du Nord, d’horizons politiques très divers, ont d’ailleurs exprimé à l’unisson leur tristesse devant la disparition de cet homme de contacts et de terrain, chaleureux, passionné par sa ville et sa région, et qui savait travailler avec tout le monde pour tendre plus sûrement à l’intérêt général. Les habitants du Valenciennois et de Marly en particulier perdent un homme de cœur, qui ne pensait qu’à les servir, à améliorer leur quotidien, à rendre la vie de leurs communautés toujours plus fraternelle. Le Président de la République salue l’inlassable engagement de cet homme qui a consacré sa vie au service de sa région, de ses habitants, et de la République française. Il adresse à sa famille, à ses proches, à ses camarades et à tous les Nordistes ses sincères condoléances."

Guy Duel, maire-adjoint honoraire de Wattrelos :

La disparation du militant communiste et Maire de Marly Fabien Thiémé est douloureusement ressenti par les gens du Nord, les habitants de Marly et par tous ses camarades. C’est une perte qui me touche au plus profond de moi. Fabien était un ami. Sa vie se mêle à tous les combats du monde ouvrier depuis un demi-siècle. C’était un humaniste, un homme de cœur.Je partage la douleur de Viviane, sa chère épouse qui a partagé tous ses combats.

Ces articles peuvent vous interesser :

Retraites Le courant passe grâce à la CGT

S’il n’y a pas de bouton pour appeler à la grève générale, contrairement à certaines croyances, il y a un bouton pour une coupure générale. C’est la question souvent posée aux grévistes de la centrale nucléaire de Gravelines (59). Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, est venu apporter son (...)

La retraite parlons-en !

Le plus long mouvement social de l’histoire du mouvement ouvrier est une œuvre d’En Marche. Emmanuel Macron restera dans l’histoire pour cette prouesse. Pas pour ses performances artistiques c’est clair. La comédie mal jouée devant les autorités israéliennes à Jérusalem nous ridiculise aux yeux des (...)

A la Une :

Lire aussi :