À Calais, les violences policières ne cessent pas

Publié le 19 janvier 2021 à 11:59

Un des responsables associatifs de l’Auberge des migrants, à Calais, a assisté, samedi 19 décembre, à une interpellation musclée d’une personne en exil et candidate à un passage vers la Grande-Bretagne. Il a photographié la scène. Cela n’a pas été du goût des policiers qui, prétextant qu’il ne portait pas son masque anti-covid correctement, lui a dressé une amande de 135 euros. Application anticipée de la loi « sécurité globale » ? Convoqué au commissariat le lendemain

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Exilés Quelle bonne attitude pour mieux accueillir ?

Le positionnement politique de la maire de Calais, en harmonie avec la préfecture et le ministère de l’Intérieur, y est pour beaucoup dans l’état de misère des exilés. Quel devrait être le rôle de l’élu local ? Que peuvent faire les associations ?
Au vu des droits humains, les élus locaux devraient plutôt (...)

A la Une :

Défusion ? Du divorce dans l’air à Bruay-La-Buissière

L’élection, cet été, à la tête de Bruay-La-Buissière de Ludovic Pajot (Rassemblement national) a tendu les relations entre Bruay et la commune associée de Labuissière au point qu’un nombre croissant de Labuissiérois envisagerait volontiers une défusion. Le mariage avait été célébré en 1987, du temps où (...)

Lire aussi :