Réflexions sur la crise sanitaire

Le jour d’après

Par Jean-Christophe Duigou*

Publié le 3 avril 2020 à 17:55 | Mise à jour le 7 avril 2020

Attendre, lutter ... Face à la pandémie, le monde se bat. L’heure est à serrer les dents. L’urgence sanitaire fait passer au second plan l’ébranlement économique provoqué par la pandémie elle-même. Mais il va y avoir un « après » fait de tensions, de confrontations, et, espérons-le, de résolutions et de progrès. La crise actuelle n’est pas séparable des crises qui se succèdent depuis 30 ans. Elles sont chaque fois plus profondes et plus déstabilisatrices, particulièrement sur le plan social. Toutes révèlent les dégâts induits par une croissance portée par un capitalisme financier mondialisé. Mais si la présente crise se situe dans le prolongement de ces ébranlements, elle est spécifique. Cette fois-ci, au lieu de partir du secteur financier pour se transmettre à l’économie réelle, la crise part de la société elle-même et frappe de plein fouet l’économie et la production, remontant ensuite au système bancaire et financier. Les conséquences n’en sont que plus dangereuses.

Le risque est de voir s’ajouter aux milliers de morts de l’épidémie, des milliers de faillites d’entreprises et des millions de chômeurs. Le PIB reculerait de 3 à 6 points si l’on en croit les prévisionnistes. Du jamais vu hors période de guerre. Nos entreprises, victimes de la spéculation, risquent d’être vendues à l’encan à quelques fonds d’investissement. Les enjeux sont immenses : éviter un nouveau rétrécissement de l’appareil productif français et européen, éviter un nouvel appauvrissement des ménages, éviter l’accroissement des inégalités dont les effets inacceptables se sont manifestés lors de la pandémie. Le gouvernement réagit actuellement comme si cette crise économique n’était qu’une parenthèse.

Au lendemain de la grave crise financière de 2008, Nicolas Sarkozy n’avait-il pas, à Toulon, déroulé un discours critique à l’encontre de ce qu’il appelait “le système” ?

L’habituel catéchisme austéritaire est sérieusement écorné : les pays du G20 s’apprêtent à arroser l’économie de 5 000 milliards de dollars, la BCE dégaine 750 milliards d’euros de facilités monétaires supplémentaires, le tout sans véritable critère d’efficacité ni contrôle. L’exécutif français navigue à vue instaurant « l’état d’urgence sanitaire », justifiant - pour combien de temps ? - des dérogations inacceptables au Code du travail et débloquant 45 milliards d’euros, en direction des entreprises avec pour seul objectif qu’elles ne mettent pas la clé sous la porte. Se préparerait-on à nationaliser les pertes ? Pourtant sans vision du système productif à reconstruire ? Pas plus la France que les principaux pays développés ne vont pouvoir affronter la profonde dépression qui s’annonce.

D’une manière surprenante, Emmanuel Macron a terminé son discours télévisé du 12 mars par plusieurs idées fortes,
pas vraiment dans la ligne de la politique menée jusqu’à présent. Il a affirmé le besoin que certaines activités soient « placées en dehors des lois du marché » et a promis en conséquence « des décisions de rupture ». Va-t-on reconnaître que la réponse au drama- tique problème sanitaire et la résolution de nombreux problèmes sociaux, économiques et environnementaux sont liés et admettre que les risques accrus face aux virus sont également dus au mode de vie, aux conditions de travail, à la pollution, à l’alimentation ?

Ne soyons pas naïfs. Au lendemain de la grave crise financière de 2008, Nicolas Sarkozy n’avait-il pas, à Toulon, déroulé un discours critique à l’encontre de ce qu’il appelait « le système » ? Pourtant le pouvoir en place ne tint nullement compte de cette analyse. Qu’en sera-t-il, aujourd’hui, avec Emmanuel Macron ? On le mesurera rapidement à l’attitude de l’exécutif envers les services publics, principale barrière aux dérèglements sanitaires, mais également moteurs de la transition sociale et écologique.
Il s’agit de répondre rapidement à l’urgence sociale telle qu’elle s’exprime dans l’épidémie mais aussi telle qu’elle s’est exprimée à l’occasion des mouvements sociaux dans les mois précédents. Il s’agit aussi de passer à une économie solidaire et soutenable dans la durée. Cela impose de remettre en cause un mode de croissance dicté par la recherche d’une rentabilité maximum et de se donner de nouveaux objectifs économiques et sociaux. La production devra désormais se centrer sur les besoins des populations.

L’histoire enseigne que chaque grande épidémie a conduit à des changements essentiels tant dans l’organisation sociale des pays que dans la culture des peuples.

L’intervention publique devra favoriser l’émergence d’un nouveau système productif intégrant le souci d’une relocalisation des activités essentielles sur notre territoire et celui d’une protection de l’environne- ment. Les activités de la sphère financière devront être fortement encadrées et réorientées. Les services publics, éducation, santé, formation, recherche, culture, devront être promus et prioritaires. Il y aura besoin, par-delà les frontières, d’un dialogue approfondi et de changements dans la manière dont se développe la mondialisation. L’histoire enseigne que chaque grande épidémie a conduit à des changements essentiels tant dans l’organisation sociale des pays que dans la culture des peuples. Nous sommes dans cette situation. Un changement de système doit être engagé. Ce basculement est une nécessité pour répondre efficacement à ce que l’on peut considérer comme une « crise de civilisation ».

*Économiste et syndicaliste

Ces articles peuvent vous interesser :

Témoignage Dépistage : entre principes et réalité

Une lectrice atteinte du Covid-19 nous a fait part de son désarroi face à la difficulté de se faire dépister, en plein cœur de la métropole lilloise, au milieu du mois de mai. Elle nous explique pourquoi elle a finalement dû y renoncer, malgré l’importance des tests pour endiguer l’épidémie alors que le (...)

Spycker De la terre à l’assiette

Il n’y a pas de travail plus noble selon les Grecs anciens. La terre, et ses produits, ont de moins en moins de travailleurs disponibles. Les profits, eux, n’ont jamais été aussi importants pour les grands groupes agro-alimentaires et la pression si forte sur les épaules des paysans au bord de (...)

Ô mon scrutin ! (air connu)

C’est le plus beau des scrutins. Le Conseil d’État a néanmoins demandé lundi au Conseil constitutionnel de se pencher sur son cas via une question prioritaire de constitutionnalité - dire QPC pour faire court et instruit -. La loi d’urgence du 23 mars qui assume le premier tour et engage sur le report (...)

A la Une :

Déconfinement Comment bien porter un masque ?

Le port du masque est désormais obligatoire dans certains lieux publics, notamment dans les transports, mais aussi dans les magasins, chez le médecin, sur le lieu de travail, etc. Voici comment bien porter un masque pour se protéger et protéger les autres.
Comment porter un masque chirurgical en (...)

Lire aussi :