Dur pour les ministres

Soutenus mollement par leurs syndicats

par Franck Jakubek
Publié le 7 décembre 2019 à 15:54

D’autant que même le souple syndicat CFDT de la police demande à voir et attend des garanties.

Mais on garde le pompon pour l’Unsa éducation Hauts-de-France, fédération majoritaire de l’académie de Lille (c’est eux qui le disent), qui s’est fendu d’un communiqué le 5, jour de grève. Si vite écrit que les fins de phrase ont disparu. L’Unsa demande que « des garanties concrètes que nos collègues quelle que soit leur filière » (sic) et rappelle à la fin «  qu’elle ne s’oppose pas par principe à la réforme  ». Pendant ce temps, « leurs collègues  » manifestent. À une ou deux bassesses près, il est encore étonnant que les médias nationaux ne promettent pas le lynchage aux grévistes. D’autant plus après l

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Retraites Le courant passe grâce à la CGT

S’il n’y a pas de bouton pour appeler à la grève générale, contrairement à certaines croyances, il y a un bouton pour une coupure générale. C’est la question souvent posée aux grévistes de la centrale nucléaire de Gravelines (59). Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, est venu apporter son (...)

A la Une :

Lire aussi :