Accueil  >  Sport

Michel Bernard, un ouvrier devenu champion

par JEAN-JACQUES POTAUX
Publié le 18 février 2019 à 16:14

Michel Bernard, « le petit métallo d’Anzin », plusieurs fois champion de course à pied, vient de mourir à l’âge de 87 ans. Contemporain d’Alain Mimoun et Michel Jazy, il a commencé à courir « à la maraude » dans les vergers de Sepmeries, près de Valenciennes. Portrait.

« Au fond, quand on y réfléchit bien, ma foulée me ressemble. Elle est rageuse, hargneuse, anguleuse. Elle est ce que je suis  », écrivait Michel Bernard dans son autobiographie, La rage de courir [1]. On pourrait en dire autant de son écriture qui tient du récit oral, comme si la mise en forme avait été précédée d’une longue interview dans laquelle le champion aurait pu revivre par la narration les grands moments de sa carrière et de sa vie.

Le récit de chaque épreuve, de chaque événement qui marque la vie sportive s’empreint de cette rage qui ne caractérise pas seulement la foulée. Le coureur personnage avai

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Notes :

[1Michel Bernard, -, Calmann-Lévy, coll. « l’Heure du sport »

Ces articles peuvent vous interesser :

A la Une :

Lire aussi :