Les Amis et lecteurs de Liberté Hebdo vous proposent...

Une BD à mettre dans toutes les mains

Publié le 29 mars 2021 à 12:23

Les Amis et lecteurs de Liberté Hebdo ne pouvaient passer à côté d’une BD mettant en scène un adolescent entré en résistance le jour de ses 17 ans, nommé Michel Defrance ; celui-là même qui, après d’innombrables péripéties, poussa la porte de Liberté à Lille en avril 1945 afin d’y devenir journaliste, y consacra sa vie, et fut même directeur de publication de Liberté Hebdo. Michel Defrance avait 20 ans à son arrivée au journal. Et l’on a envie d’écrire que cet âge ne le quitta jamais tant il mit d’ardeur, jusqu’au bout de son chemin, à transmettre cette valeur fondamentale qui était son moteur, et qu’Éluard mit si bien en poésie en la nommant « liberté » !

Michel Defrance, jeune journaliste à Liberté.

© Archives Liberté

S’appuyant sur de minutieuses recherches, Christian Aubin et le dessinateur Antoine Landais au trait saisissant d’authenticité, font revivre le jeune Michel de son départ avec sa mère de Boulogne-sur-Mer à l’automne 1940 pour rejoindre son père (évadé) à Paris, jusqu’à son évasion, début 1943, du centre des Tourelles où il était enfermé depuis plusieurs mois. Ce premier tome (il y en aura un second) couvre donc la période vécue par Michel dans la capitale, d’où le titre : « Résister dans Paris occupé. » Il sera ensuite envoyé en Bretagne, puis se réfugiera dans le Nord, avant de repartir en Seine-et-Marne où il sera blessé, capturé et sauvé in extremis d’une mort certaine. Mais ceci est une autre histoire. Si les auteurs ont introduit, dans leur ouvrage, une part de fiction (puisée dans la réalité historique), l’essentiel correspond à ce que Michel Defrance a personnellement vécu. Les jeunes, en quête de sens à donner à la vie, trouveront sûrement de quoi nourrir leur réflexion dans ce parcours, d’une autre époque certes, mais confronté à des fléaux hélas toujours aussi menaçants comme ces idées de haine qui peuvent conduire au pire.

En collaboration avec les Amis de la Résistance-Anacr (dont Michel Defrance fut l’un des responsables) mais aussi Liberté Hebdo, Christian Aubin a conçu cet album comme un prolongement aux témoignages de résistants (dont le nombre évidemment diminue avec le temps) au sein des établissements scolaires.

Lire aussi : Michel Defrance, personnage d’une bande dessinée

Des tests réalisés auprès de collégiens (notamment de notre région) montrent qu’il suscite leur intérêt ainsi que celui de leurs enseignants. Avis aux grands-parents ou parents désireux d’offrir un cadeau utile à leurs petits-enfants ou enfants, et, pourquoi pas, de se l’offrir à eux-mêmes, ce récit s’adressant aux lecteurs de tous âges.

Lire aussi : D’hier à aujourd’hui : la Résistance