Les chroniques de JPM à La Chope

Angélique Gilibert, ancienne adjointe à la culture d’Hellemmes

Publié le 22 février 2021 à 10:12

Quand j’avais demandé la clé de La Chope à Samir, il m’avait demandé : « Tu rencontres encore une artiste ? » « Pas seulement, c’est quelqu’un qui veut les aider, par la politique, par l’action citoyenne. » « C’est bien ça, il en faut », qu’il m’avait répondu. Alors, quand Angélique est rentrée en cette fin de matinée dans le bar fermé, qu’elle a dit « bonjour » à Günther, qu’il lui léchouilla la main, et qu’elle m’a demandé une bière, j’ai d’abord vu une « warrior [1] », une militante de la culture jamais fatiguée.
« Je viens de la Somme, d’un petit village à côté de Péronne : une église, un boucher, un bar. Mon père était maçon, ma mère ouvrière dans l’agro-alimentaire, les 3x8, pas beaucoup de vacances. » Après un bac arts plastiques, un Deug, une licence et un Capes, elle voulut alors être

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Notes :

[1Une guerrière en anglais.