Il aurait eu cent ans le 10 mars

Boris Vian, l’homme aux cent visages

par Franck Jakubek
Publié le 23 mars 2020 à 16:23

Combien d’années faut-il pour faire un grand écrivain ? Aucun ingénieux ingénieur ne s’est encore penché sur le sujet. En à peine 39 ans, Boris Vian a prouvé qu’il était parmi les meilleurs de son siècle. Une carrière fulgurante qui commence dans la vie de château, à Ville d’Avray, dans un milieu bourgeois aisé. La fortune familiale se perd au contact de la crise des années 30. Qu’importe, la famille déménage dans la maison du gardien et loue le cossu domicile a

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Feuilleton La vie secrète de JPM (2)

Suite à l’arrêt de l’actualité culturelle que nous espérons le plus momentané possible, JPM vous propose de suivre durant six semaines un feuilleton inédit qui vous plongera dans son quotidien en ces temps de confinement : « La vie secrète de JPM ». Dans l’épisode précédent, JPM découvrait un (...)

Feuilleton La vie secrète de JPM (1)

Suite à l’arrêt de l’actualité culturelle que nous espérons le plus momentané possible, JPM vous propose de suivre durant six semaines un feuilleton inédit qui vous plongera dans son quotidien en ces temps de confinement :« La vie secrète de JPM ».

J’avais pourtant insisté. « Débarrasse-toi de (...)

A la Une :

Coronavirus Appel au don du sang

En ces temps de crise sanitaire sans précédent, nos concitoyens malades ont toujours besoin de vos dons du sang. Malgré le confinement mis en place, les Français sont autorisés à se rendre dans l’Établissement français du sang (EFS) le plus proche de son domicile pour y donner son sang (sous réserve (...)

Coronavirus Soutenez les personnels de santé

Pour faire face à cette épidémie sans précédent, les personnels soignants, déjà éprouvés par des conditions de travail difficiles et des moyens insuffisants, sont en première ligne pour nous soigner et nous protéger. Ce sont aussi les premiers à être infectés par la maladie.

Afin de les remercier et leur (...)

Lire aussi :