©A.Leprince
Joseph Bernard à la Piscine de Roubaix

De pierre et de volupté : l’élégance à nu

par ALPHONSE CUGIER
Publié le 9 juillet 2021 à 13:07

Le musée de la Piscine réhabilite un sculpteur reconnu comme un des grands artistes de la modernité et considéré à l’égal des Bourdelle, Maillol et Brancusi.

C’est son fils qui l’a sorti de l’anonymat avec une donation à la Fondation de Coubertin à Saint- Rémy-lès-Chevreuses et la Piscine, en collaboration avec le musée Paul-Dini de Villefranche-sur-Saône, parfait cette reconnaissance avec la première exposition monographique d’envergure depuis trois décennies.

Promoteur de la taille directe

Faune dansant, 1912. Bronze : fonte Marcel Valsuani, épreuve de 1927. 181 cm. Lyon, musée des Beaux-Arts.

© MBA Lyon, Alain Basset

Aux yeux de la jeune génération de sculpteurs, l’ascendant de Rodin est prépondérant. On sent son influence dans La Tête de l’Homme, plâtre que Bernard réalise en 189

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous