La vie secrète de JPM (saison 2)

Épisode 4 : « L’instinct canin »

Publié le 27 novembre 2020 à 15:18

Dans l’épisode précédent, JPM s’attirait les reproches et la pitié de ses amis après les avoir entraînés dans une aventure nocturne a priori sans fondement. Alors qu’ils s’apprêtaient à s’en aller après s’être débarrassé, non sans mal, d’un flic prêt à en découdre, Günther attire l’attention du petit groupe sur une armoire vide...

Elle était fidèle, ma vendeuse d’herbe médicinale, vrai- ment fidèle. Mais à son mari. Du haut de mes 20 ans, je faisais pas le poids. Les femmes avec des gosses, j’aimais ça. Ça me donnait de la prestance devant les autres, que de pousser un landau. Mais ça me rendait pas heureux, ça non. J’étais pas dupe. C’était que du cinoche. Ça me foutait le bourdon. Alors, Till m’écoutait me plaindre d’être trop jeune. Maintenant, ce serait l’inverse. Y’a jamais

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Les souvenirs de JPM Les lapins de Merlimont (Pour Damien)

Pour la deuxième carte postale hivernale, je voudrais vous parler de quelque chose, un souvenir d’enfance, pas très politique faut dire... quoique... J’aborde l’écologie, l’anti-consumérisme et le vivre-ensemble : Merlimont. Vous connaissez sans doute. Il y a la mer, les dunes, des noms de maisons avec (...)

Les souvenirs de JPM « Les Ramones et moi »

Ce matin-là, gare de Bourges, je partais pour une tournée militante en Italie organisée par un metteur en scène languedocien rencontré au stand de l’Hérault à la fête de l’Huma. L’idée était de faire de l’Agitprop sur les places de villages, dénoncer le capitalisme, la répression kurde, blasphémer un peu sur (...)

Lire aussi :