La vie secrète de JPM (saison 2)

Episode 3 : « Memento Mori »

Publié le 20 novembre 2020 à 14:49

Dans l’épisode précédent, JPM réussit, à l’aide de ses amis de La Chope, à entrer dans une galerie d’art pendant la nuit, espérant y récupérer un tableau de lui peint par son ami Till avant de mourir.Mais, là, stupeur, la pièce est entièrement vide.

Eux, l’œil Memento Mori. Moi, Gros-Jean comme devant, bien penaud, la queue basse. J’avais vendu du rêve pour peau de balle. Sergio s’avança et s’adressa à moi, professoral à baffer. « On t’aime bien, JP, y’a pas à dire... » « D’ailleurs, on dit pas..., intervient Polo, mais t’as le cognitif défaillant, la rationalité biaisée, le raisonnement déficient. Tu bats de l’aile, mon ami... » « Tu déconnes à pleins tubes » l’interrompit Polo. Camille, me regardant d’un air navré m’acheva : « Tu fais un peu pitié. » Tonio ne disait rien. C’était pire. Jeannot caressait le chien. J’étais KO.

Je ne voulais pas me lancer dans un monologue contrit, mais quand même, j’ét

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

PCF Des ateliers d’écriture pour les 100 ans du PCF

Dans le cadre du centenaire du Parti communiste français, le collectif Culture de la Fédération du Nord a mis en place des ateliers d’écriture. Ils ont démarré en octobre et dureront jusqu’en mai 2021 avec une restitution prévue en juin. Liberté Hebdo, partenaire de l’opération, publie (...)

Littérature jeunesse Notre sélection de livres pour enfants

> Au bois dormant
Une fillette accompagnée de son chien entre dans la forêt et joue au marchand de sable, invitant les animaux soit à s’endormir jusqu’au lendemain (élan, faon, renard, lapin écureuil, pivert), soit à hiberner (ours, tortue) ou à migrer (colibri). Ayant souhaité bonne nuit, elle (...)

Lire aussi :