Théâtre

Fragments d’une vie de merde constellée d’éclats de révolte

La faculté des rêves au théâtre du Nord jusqu’au 30 janvier

par PAUL K’ROS
Publié le 24 janvier 2020 à 18:50

C’est l’histoire de Valerie Solanas, née en 1936 dans un coin désert de Géorgie, violée dès l’âge de 9 ans par son père et plus tard par son beau-père à l’écart des regards distraits et insoucieux de sa mère Dorothy.

C’est l’histoire de la jeune et brillante étudiante, éprise d’indépendance absolue, rêvant d’écriture, auteure d’un manifeste SCUM, pamphlet prônant l’éradication des mâles, la fin du patriarcat et de la domination capitaliste et s’autoprocla

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Design La Maison POC de Giovanna Massoni

Désignée « Lille Métropole 2020, capitale mondiale du design » , la MEL a bâti une programmation autour d’un grand appel à expérimentations : les POC (Proof of Concept). Il s’agit de projets sur la vie quotidienne, accompagnés par des designers. Ils seront valorisés, à partir du 30 avril, dans des (...)

Retraites La manifestation du 20 février en images

Depuis deux mois et demi, les Français continuent à se mobiliser massivement contre une réforme injuste de leur système de retraite, qu’il pleuve, qu’il neige ou... qu’il vente ! Comme ici à Lille lors de la mobilisation nationale du 20 février. Tandis que les parlementaires usent de tous les recours (...)

À voir cette semaine Le conflit sous toutes ses formes

> Cuban Network , du réalisateur Olivier Assayas, repose sur un fait réel, celui des « Cuban Five », cinq espions cubains, parmi lesquels René Gonzalez, envoyés à Miami pour infiltrer des groupes anticastristes responsables d’attentats sur le sol cubain. Les cinq espions (...)

Théâtre Bien trop loin des hommes et des astres

Un espace froid et nu délimité en fond de scène par deux parois concaves d’apparence métallisée séparées en leur milieu par un trou noir rectangulaire vertical ; deux chaises et un végétal d’aquarium éclairé, voila pour figurer la résidence d’Andreï, astrophysicien qui vit là reclus avec famille et (...)

A la Une :

Lire aussi :