Artiste à la une

L’art dans sa dimension politique

Entretien avec Patrick Dorobisz

par Franck Jakubek
Publié le 7 janvier 2020 à 16:46

Patrick Dorobisz, Lillois et fier de sa ville, partage son œuvre entre toile et partition. Il écrit de la musique et compose sa peinture. Mais plus encore, il s’imprègne de la société, de son évolution ou sa régression. Un artiste témoin de la marche du temps qui veut, aussi, faire bouger les lignes. Entretien chargé d’espoir.

Pourquoi l’art est-il indispensable ?

L’art a toujours fait partie de ma vie, depuis tout petit... C’est un épanouissement, il me construit et je pense qu’il en est de même pour tout ceux qui s’intéressent à l’art. Je dis souvent que « l’art participe à la construction de l’être dans son devenir ». L’art est la connaissance, c’est l’accès au monde. J’ai entendu cette question surtout ces dernières années avec la démocratisation de l’art. Je me demande pourquoi on parle de l’utilité de l’œuvre d’art... Il y a 40 ans ou 50 ans, on n’aurait jamais parlé de l’utilité d

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Design La Maison POC de Giovanna Massoni

Désignée « Lille Métropole 2020, capitale mondiale du design » , la MEL a bâti une programmation autour d’un grand appel à expérimentations : les POC (Proof of Concept). Il s’agit de projets sur la vie quotidienne, accompagnés par des designers. Ils seront valorisés, à partir du 30 avril, dans des (...)

À voir cette semaine Le conflit sous toutes ses formes

> Cuban Network , du réalisateur Olivier Assayas, repose sur un fait réel, celui des « Cuban Five », cinq espions cubains, parmi lesquels René Gonzalez, envoyés à Miami pour infiltrer des groupes anticastristes responsables d’attentats sur le sol cubain. Les cinq espions (...)

Festival C’est-à-dire... et à entendre

Qu’ils soient pulsés, déclamés, swingués ou rappés les textes seront à l’honneur trois jours durant à La Rose des Vents lors de la première édition d’un festival, fort bien nommé DIRE, invitant à explorer la puissance des mots dits, capables tout aussi bien de (...)

A la Une :

Lire aussi :