Mort de Manu Dibango

Le globe-trotter du Makossa était aussi avocat des grandes causes

Musique

Publié le 27 mars 2020 à 00:23

Le chanteur, compositeur, saxophoniste et multi-instrumentiste Emmanuel D’Djoké « Manu » Dibango est décédé le 24 mars à l’âge de 86 ans des suites du Covid-19. Né français à Douala, il optera bientôt pour la nationalité camerounais

Tout commence pour lui en 1972 avec son titre « Soul Makossa » sur un album éponyme, inspiré du Makossa, style musical camerounais, mêlé des influences jazz et soul, qui deviendra un immense tube à l’échelle planétaire, notamment aux États-Unis, popularisé par des disc-jockeys qui le diffusent tous les jours à la radio. À l’origine, le morceau est enregistré pour être la face B sur le 45 tours de l’hymne de la Coupe d’Afrique des nations, qui se joue cette année-là au Came

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Littérature jeunesse Notre sélection de livres pour enfants

> Au bois dormant
Une fillette accompagnée de son chien entre dans la forêt et joue au marchand de sable, invitant les animaux soit à s’endormir jusqu’au lendemain (élan, faon, renard, lapin écureuil, pivert), soit à hiberner (ours, tortue) ou à migrer (colibri). Ayant souhaité bonne nuit, elle (...)

Lire aussi :