Musique

Le larron pris au piège de l’amour

par PAUL K’ROS
Publié le 28 mai 2019 à 10:12

L’occasion fait souvent le larron y compris en amour. Le jeune Rossini en a fait le sujet d’une de ces Burletta per musica (farce en musique) riches en quiproquos, méprises et retournements croustillants de situation dont le public populaire italien était friand.

L’affaire est d’autant plus plaisante à voir et entendre que le compositeur lui donne un tour des plus alertes avec d’incessants changements de rythme et une compétition d’accélérations vocales virtuoses dignes d’un sprint cycliste dans Milan San Rémo. Il sera donc question de mariage arrangé à distance, de subtilisation de valise avec usurpation d’identité côté masculin et d’affirmation féministe malicieuse avec un final qui satisfait les inclinations et désirs

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Citéphilo, « dire et faire »

Cette année, le festival de philosophie « au sens large » organisé par l’association Philolille dans les Hauts-de- France du 7 au 28 novembre interroge le lien entre « dire » et « faire ».

A la Une :

Lire aussi :