Arizona Junior des frères Coen sur Arte

Les tréteaux du délire

par ALPHONSE CUGIER
Publié le 20 mars 2020 à 12:26

C’est le qualificatif « déjanté » qui traduit le mieux ce film de 1986. Un cambrioleur à la petite semaine qui passe son temps en prison, tombe amoureux d’une charmante fliquette. Conséquences : fin des braquages, mariage et boulot à l’usine (peu de différence avec la prison).

Mais le couple s’avère stérile et le désir de maternité, de respectabilité et de conformité avec les valeurs conservatrices de l’Amérique, le titille à un point tel qu’il envisage le kidnapping d’un béb

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Feuilleton La vie secrète de JPM

Suite à l’arrêt de l’actualité culturelle que nous espérons le plus momentané possible, JPM vous propose de suivre durant six semaines un feuilleton inédit qui vous plongera dans son quotidien en ces temps de confinement :« La vie secrète de JPM ».

J’avais pourtant insisté. « Débarrasse-toi de (...)

Brésil, Goebbels à la culture

Dans le genre gouvernement de sociopathes fascisants, le Brésil de Bolsonaro dépasse l’Amérique de Trump. Le secrétaire d’État à la Culture du Brésil, Roberto Alvim, a dû présenter sa démission après le scandale provoqué par son dernier discours qui paraphrasait tout bonnement un certain Goebbels, le chef de (...)

A la Une :

Coronavirus Appel au don du sang

En ces temps de crise sanitaire sans précédent, nos concitoyens malades ont toujours besoin de vos dons du sang. Malgré le confinement mis en place, les Français sont autorisés à se rendre dans l’Établissement français du sang (EFS) le plus proche de son domicile pour y donner son sang (sous réserve (...)

Coronavirus Soutenez les personnels de santé

Pour faire face à cette épidémie sans précédent, les personnels soignants, déjà éprouvés par des conditions de travail difficiles et des moyens insuffisants, sont en première ligne pour nous soigner et nous protéger. Ce sont aussi les premiers à être infectés par la maladie.

Afin de les remercier et leur (...)

Lire aussi :