© JPM
Les chroniques de JPM chez Tata Atsou

Matar, le rescapé

Publié le 14 janvier 2022 à 13:00

Tata Atsou habite Saint-Louis du Sénégal, rue IN-40. J’arrive à 14 heures dans sa cour ombragée. Elle est assise et nettoie des bouteilles plastique vides qu’elle remplira de bissap et qu’elle vendra ensuite. Elle a le sourire en me voyant (d’ailleurs, elle sourit tout le temps cette femme de 70 ans). Elle me parle wolof, je ne comprends rien. Ce n’est pas grave. Demain, je comprendrai mieux. Je vais manger chez elle du riz et du poisson. Il y aura avec moi ses fils, filles et p

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous