Musique

Rencontre avec Sonia Rekis, musicienne

Les chronique de JPM à la chope

Publié le 26 juin 2020 à 15:11

« Une eau pétillante sans glace, sinon y’a plus de bulles » demande Sonia Rekis avec l’accent ch’ti à Samir qui matait ses tatouages. « Vous êtes musicienne ? » lui dit-il. « Banquière » que je réponds. « T’es vraiment con, JP, dit Sonia, Accordéoniste. À six ans, j’habitais à côté de Cambrai. Mon voisin jouait de l’accordéon. J’ai voulu faire pareil. C’est tout. Depuis, je n’ai jamais lâché l’instrument. » Histoire somme toute assez banale : les parents qui refusent pour des questions financières d’acheter un accordéon de payer des cours. « Mais mon grand-père à arrangé l’affaire. Il était directeur de l’usine Béra, le linge de maison, et faisait travailler toute la ville. Il a même fait venir Johnny à la salle de fêtes de Villers-en-Cauchies. »Sergio, pour une fois, se faisait discret.

Faut dire qu’il n’y connaît rien en accordéon. « Mes premières scènes, c’était à dix ans. On m’invitait à jouer aux vins d’honneurs. À 13 ans, j’ai commencé le bal. Tous les samedis, je jouais avec un orchestre bavarois, “Les tyrol’s”. On était 14 sur scène. J’étais la seule fille, la plus jeune, alors que le plus vieux, Gaston, avait 89 ans. On a fait toutes les salles des fêtes du Nord et j’ai goûté toutes les choucroutes de la région. » Sonia s’est vite rendu compte que les études, ce n’était pas son truc. En revanche, quand on a la musique chevillée au corps, on ferait

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Roubaix Une épicerie pas comme les autres

« On n’est pas un magasin ordinaire, on est une épicerie solidaire » précise Farid Achouche l’un des responsables de l’épicerie solidaire de Saint-François-d’Assise. Installée depuis le 20 mai dans l’ancienne école primaire Olivier-de-Serres à Roubaix, celle-ci est devenue vitale pour certains (...)

Camaïeu : la CGT s’adresse au président

Le 2 juin, la CGT a organisé un rassemblement à Roubaix pour alerter sur la situation de Camaïeu international. Le délégué syndical CGT, Thierry Siwik, a adressé un courrier au président Macron afin de lui exposer les difficultés que rencontre cette entreprise de prêt-à-porter féminin leader (...)

La chronique de JPM à La Chope Rencontre avec Louise Bronx

Aujourd’hui déconfiné, JPM vous propose une série de portraits d’artistes, bien réels eux, sous forme de rencontres imaginaires à La Chope, qui a enfin pu rouvrir sa terrasse le 2 juin pour y accueillir ses habitués, que l’on commence à bien connaître.
La Chope ouverte, ça change la vie. Pas de têtes (...)

A la Une :

Vote par procuration : mode d’emploi

Un électeur absent ou empêché peut choisir un autre électeur pour accomplir à sa place les opérations de vote. Ils doivent être inscrits sur les listes électorales dans la même commune mais pas nécessairement dans le même bureau de vote. Il faut se rendre au tribunal judiciaire ou de proximité, au (...)

Lire aussi :