Le retour d’Idoménée d’après André Campra à l’Opéra de Lille jusqu’au 11 octobre

L’inattendu et tragique retour d’Idoménée

Publié le 9 octobre 2020 à 18:19

D’entrée la mort rôde et règne sur la scène où seul trône un gisant, Idamante, fils d’Idoménée trucidé par accès de folie paternelle.
Un alignement de chaises sagement espacées disposées dos au public et sur les côtés latéraux accueillera les participants de la veillée funèbre, tous de noir vêtu comme il est coutume en pareille circonstance et de noir masqués comme il se doit aujourd’hui par gros temps de Covid. Ils arrivent, ils sont tous là, silencieux pas pour longt

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Opéra Le temps ne fait rien à l’affaire

Photos © Simon Gosselin.
Bien avant que le rideau se lève et que l’orchestre de Picardie ait laissé échapper les premières notes mélancoliques du prélude des Pêcheurs de perles, la présence à l’avant-scène de l’opéra de Lille d’un vieillard, vu assis de profil, ingurgitant avec une laborieuse lenteur ses (...)

Lire aussi :