© Simon Gosselin
« Vendredi de Lumière » de Karlheinz Stockhausen, direction musicale Maxime Pascal

La tentation d’Eve et l’étrangeté qui s’ensuit...

par Paul K’ROS
Publié le 21 novembre 2022 à 12:14

C’est une expérience peu banale qui attend le spectateur mélomane s’aventurant à l’opéra de Lille pour assister à une représentation de Freitag aus Licht de Karlheinz Stockhausen. D’abord ça commence avant même d’avoir débuté, si l’on peut se permettre de dire aussi bizarrement les choses. En effet dès vos premiers pas dans le hall d’accueil vous viennent à l’oreille comme un « salu

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous