Sortie de scène

Michel Piccoli tire sa révérence

Publié le 22 mai 2020 à 19:27

Il est parti le 12 mai dans sa 94ème année. Michel Piccoli laisse des centaines de films et autant de souvenirs de théâtre sur ses 75 ans de carrière. C’est un acteur engagé, à la CGT, mais aussi pour la paix, pour le progrès social, qui disparaît. De l’après-guerre aux années soixante-dix, les trente glorieuses, et l’arrivée de la gauche au pouvoir, Michel Piccoli fait, faisait, partie de nos vies.

Sa famille a attendu quelques jours avant d’informer la presse, via l’AFP. Nous avons tous appris avec une immense tristesse lundi 18 mai le décès de Michel Piccoli dans sa 94ème année. Nous oublions souvent que le temps emporte tout. « Le temps qui a passé ne m’a pas encore atteint. Je ne vis pas dans la nostalgie » confiait-il dans l’Humanité en 2007.

Depuis 1945, que nous le voulions ou non, Michel Piccoli faisait partie de nos vies. Nous voyons son chapeau lorsqu’il lève la tête pour répondre à Bardot dans Le mépris de Godard. Son regard étonné au volant de l’Alfa

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Santé La CGT inquiète pour les personnels et les usagers

Dans un communiqué, la CGT de la santé et de l’action sociale pour le Nord, le Pas-de-Calais et la Picardie, se dit convaincue que, avec la deuxième vague de la pandémie, « les personnels seront face à des décisions impossibles et des situations insupportables à bien des égards ! » Le syndicat (...)

ArcelorMittal Gare à une double deuxième vague !

Face à un affaiblissement de la mobilisation, la CGT a décidé une pause dans le mouvement social qui secoue ArcelorMittal depuis le 7 octobre.
« Si rien ne vient, s’il n’y a pas d’avancées concrètes et mesurables, les directions s’exposent, comme dans cette crise sanitaire, à une deuxième vague. » (...)

Lire aussi :