La chronique de JPM à La Chope

Rencontre avec Louise Bronx

Publié le 4 juin 2020 à 15:49

Aujourd’hui déconfiné, JPM vous propose une série de portraits d’artistes, bien réels eux, sous forme de rencontres imaginaires à La Chope, qui a enfin pu rouvrir sa terrasse le 2 juin pour y accueillir ses habitués, que l’on commence à bien connaître.

La Chope ouverte, ça change la vie. Pas de têtes nouvelles, et cela n’ennuyait visiblement personne à part Samir qui aurait bien aimé remonter le chiffre d’affaires. Chacun avait repris sa place, ses habitudes et quand Louise Bronx s’est assise à mes côtés, ce fut comme l’arrivée d’un nouveau voisin. « C’est qui  ? » semblait se dire Sergio, qui ne put s’empêcher de s’approcher. Elle était arrivée à pied, mini-jupe en jean et tee-shirt vert pétant. De sa voix forte et grave de 5 h du mat

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Musique Rencontre avec Sonia Rekis, musicienne

« Une eau pétillante sans glace, sinon y’a plus de bulles » demande Sonia Rekis avec l’accent ch’ti à Samir qui matait ses tatouages. « Vous êtes musicienne ? » lui dit-il. « Banquière » que je réponds. « T’es vraiment con, JP, dit Sonia, Accordéoniste. À six ans, j’habitais à côté de Cambrai. Mon voisin (...)

Mahjoub Ben Bella La générosité de la peinture

Notre première rencontre date de l’hiver 1976-1977 ou des premiers mois de 1977 : sympathie immédiatement partagée et, de mon côté, certitude d’avoir affaire, en raison non seulement de ses travaux de l’époque, mais d’abord de la détermination qui l’habitait pour peindre mieux et davantage, à un (...)

A la Une :

Formule estivale L’été en Liberté

À compter du 10 juillet, votre hebdomadaire vous propose quatre pages estivales consacrées au tourisme régional en Hauts-de-France, au sport, à la lecture et, de manière plus générale, aux loisirs pour toutes et tous. Liberté Hebdo ne fait donc pas de cure d’amaigrissement et garde ses vingt pages. (...)

Lire aussi :