Droits réservés
Les chroniques de JPM à La Chope

Rencontre avec Robin Sen Gupta, « dénicheur de talents » et producteur

Publié le 13 octobre 2021 à 17:23

Robin parle vite, accoudé au comptoir de La Chope étonnamment vide. Le verre de rouge lui permet de faire parfois une pause. Pas sûr que je puisse relire mes notes. Tourneur de Marcel et son orchestre, Lénine Renaud, Tonycello, PMQ, entre autres, il est né à Lille d’un père indien et d’une mère monsoise. C’est là qu’il vit aujourd’hui. « Je suis arrivé par hasard à la musique. Après des études de lettres modernes, j’ai fait les vendanges avec le chanteur des “Blaireaux”. Il m’a demandé d’être le manager du groupe. C’est ce que j’ai fait pendant dix ans. En 2015, j’ai créé Le Terrier Production en SARL. On ne se reverse pas de dividendes. »
Il me parlait avec passion de ce travail de producteur. « J’ai bossé chez Decathlon. Pour moi, c’est plus facile de vendre des projets artistique que des sacs à dos. Je vends de l’humain. Mais contrairement à l’idée que l’on se fait du producteur avec un gros cigare, c’est une économie fragile. C’est un sacerdoce. » Robin, en 20

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous