Le compositeur est décédé le 7 novembre

Francis Lai : un homme et une âme

Publié le 8 novembre 2018

Le fameux Rimbaud d’Allain Leprest, c’est lui, côté musique. Un peu moins de deux ans après Pierre Barouh, le compositeur Francis Lai laisse une pléiade d’orphelins. Il est mort mercredi 7 novembre.

Lai, un homme beau. Un de ces géants qui fabriquent du patrimoine, ouvrier inspiré et inspirateur. Un de ces mecs « chromosomés » par la musique, grand comme un siècle. Presque. Quatre-vingt-six ans de création. Sûr qu’il composait déjà dans son liquide amniotique. « La musique c’est quelque chose d’inexplicable. C’est un thème facile à mémoriser et c’est ce que cherchait Lelouch, un thème facile à mémoriser à la première écoute », confiait-il en janvier 2017 à l’Agence France Presse, au moment du décès de Barouh, qui était un de ses plus chers amis.

Francis Lai c’est un homme et un homme : Claude Lelouch. Impossible de les dissocier. Vo

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

A la Une :

Lire aussi :