À découvrir cette semaine

La propagande nazie dénoncée avec humour et émotion

CINEMA

Publié le 7 février 2020 à 14:16

> Jojo rabbit

Pour évoquer l’impact de la propagande nazie
sur les esprits des jeunes Allemands, le réalisateur Taika Waititi choisit deux voies complémentaires, celle du sarcasme humoristique et
celle de l’émotion. L’humour est présent dans
la représentation caricaturale d’Hitler qui
hante le cerveau de Jojo, âgé de dix ans. Jojo
rêve de devenir un homme
« viril et courageux »
pour défendre une Allemagne dont
l’avenir serait mis en danger par de nombreux
« ennemis »
par

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Festival Cinécomédies Une programmation riche et variée

Lille et la région Hauts-de-France accueillent la troisième édition du festival du « rire ensemble » programmé du 30 septembre au 4 octobre. C’est la vie de Julien Rambaldi est projeté en ouverture du Festival qui offrira, durant une semaine, de nombreux points forts parmi lesquels : > la (...)

Cinéma La critique cinéma de la semaine

>Énorme
Les femmes auraient-elles inexorablement le désir d’enfanter ? Ce n’est pas ce qu’exprime Claire, pianiste virtuose qui voue sa vie à la musique. Détachée des contingences matérielles, elle laisse à son mari Frédéric une place dominante pour gérer son quotidien, un quotidien centré sur (...)

À voir cette semaine Des films ancrés dans la réalité

>Effacer l’historique Marie, Bertrand et Christine vivent dans un lotissement d’une ville moyenne des Hauts-de- France. Ils se sont connus sur un rond-point durant les luttes menées par les « Gilets jaunes ». Leurs vies se sont précarisées en raison de lourdes difficultés personnelles et (...)

Gisèle Halimi Un combat digne qui doit se poursuivre

Combattante de la liberté, combattante pour les libertés. Il est toujours facile - mais périlleux - de transformer en icône une personne qui meurt. Nul doute que Gisèle Halimi, que l’on présentait déjà comme un symbole des combats féministes et anticoloniaux avant sa mort, aurait sinon rejeté (...)

Lire aussi :