À découvrir cette semaine

La propagande nazie dénoncée avec humour et émotion

CINEMA

par Michèle Loth
Publié le 7 février 2020 à 14:16

> Jojo rabbit

Pour évoquer l’impact de la propagande nazie sur les esprits des jeunes Allemands, le réalisateur Taika Waititi choisit deux voies complémentaires, celle du sarcasme humoristique et celle de l’émotion. L’humour est présent dans la représentation caricaturale d’Hitler qui hante le cerveau de Jojo, âgé de dix ans. Jojo rêve de devenir un homme « viril et courageux » pour défendre une Allemagne dont l’avenir serait mis en danger par de nombreux « ennemis » par

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Cinéma Cette semaine au cinéma

> Scandale

Le titre américain du film de Jay Roach, Bombshell, est plus révélateur de l’ampleur du scandale révélé par la journaliste Gretchen Carlson qui a accusé Roger Ailes, directeur de la chaîne conservatrice Fox News, de harcèlement sexuel. Le cinéaste s’appuie sur les évènements qui se sont (...)

1917 Souvenirs de la Première Guerre mondiale

> 1917, la guerre s’éternise depuis près de trois ans, les soldats qui sont sur les lignes de Front survivent dans des tranchées immondes et meurent en très grand nombre dans d’horribles conditions. Les villages qui se situent sur les champs de bataille sont en ruines et de nombreux cadavres d’hommes (...)

Ne jamais oublier L’enfer, c’est les hommes

Pendant qu’Emmanuel Macron est à Jérusalem pour jouer la doublure de Jacques Chirac dans les lieux saints, il est bon de replacer l’horreur à sa juste hauteur. Le gouffre de la guerre, de la violence et de la haine est toujours prêt à s’ouvrir sous nos pieds. Retour sur l’horreur absolue du XXème (...)

Festival C’est-à-dire... et à entendre

Qu’ils soient pulsés, déclamés, swingués ou rappés les textes seront à l’honneur trois jours durant à La Rose des Vents lors de la première édition d’un festival, fort bien nommé DIRE, invitant à explorer la puissance des mots dits, capables tout aussi bien de (...)

A la Une :

Lire aussi :