Contrapaso. Les enfants des autres de Teresa Valero

Briser le temps du silence du franquisme

Publié le 23 juillet 2021 à 11:47

Madrid, 1956. Une vague de froid sévit en Europe. Emilio Sanz, vétéran de la rubrique des faits divers du journal La Capitale, suit depuis près de vingt ans des meurtres abominables, sordides, femmes sauvagement assassinées. Il est accoutumé au faire-savoir de la presse et aux pratiques d’un État policier dictatorial où les enquêtes criminelles se résolvent discrètement (un bouc émissaire, une sentence exemplaire et l’innocent est exécuté, garroté). Mais Sanz, phalangiste de

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous