Canción d’Eduardo Halfon

Des pauses badines dans les eaux glacées

Publié le 12 février 2021 à 17:34

Invité par l’Université de Tokyo à un congrès d’écrivains libanais, le narrateur nommé Eduardo Halfon, né en 1971 au Guatemala, se souvient de son grand-père qui dirigeait une entreprise de construction et qui a été enlevé en 1967, contre une rançon par des guérilleros commandés par un certain Canción. Comme il est né en 1971, il cherche à connaître les faits. L’enquête qu’il mène se déploie elliptique, s’arrête en chemin, reprend, foisonne, fantasme, proliférant

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Cinéma Cette semaine au cinéma

> Scandale
Le titre américain du film de Jay Roach, Bombshell, est plus révélateur de l’ampleur du scandale révélé par la journaliste Gretchen Carlson qui a accusé Roger Ailes, directeur de la chaîne conservatrice Fox News, de harcèlement sexuel. Le cinéaste s’appuie sur les évènements qui se sont (...)

A la Une :

Bruaysis 18 mois d’inéligibilité pour Bernard Cailliau

En 2017, Bernard Cailliau imaginait succéder à son mentor Serge Janquin (PS), sur les bancs de l’Assemblée nationale. Trois ans plus tard, l’ancien maire de Labuissière rêvait d’accéder au fauteuil majoral de Bruay-La-Buissière. Par deux fois, Ludovic Pajot et le Rassemblement national ont réduit ses (...)

Lire aussi :