J’ai pas fini mon rêve d’Henri Gougaud

La multiplicité d’être au monde

Publié le 24 décembre 2020 à 11:45

« La matinée se lève. Toi debout, il est temps. Attends encore, attends. J’ai pas fini mon rêve. Le soleil nous inonde. Regarde-moi ce bleu. Attends encore un peu. Je refaisais le monde. » Le lecteur aura reconnu la chanson interprétée par Jean Ferrat et Christine Sèvres. Henri Gougaud en est le parolier comme il le fut pour Juliette Gréco, Marc Ogeret, Francesca Solleville, Serge Reggiani. Cet amoureux des mots et de leur musique, né à Carcassonne en 1936 dans une famille de résistants, fait ses débuts de chanteur à Paris en 1962 à l’Écluse, cabaret dont il apprécie le public.

Cœur battant et passion d’autrui

L’appel du conte lui parvient en lisant les Mille et Une Nuits avant de monter sur

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

L’Art de mentir. Adolf Hitler & Compagnie Leurre de vérité

Retrouvailles avec un clairvoyant anti-« fake news », aide-mémoire et guide pour les temps présents.
« Radio Paris ment. Radio Paris est allemand » : l’humoriste Pierre Dac, speaker de l’émission Les Français parlent aux Français à Radio Londres, raille allègrement, sur l’air de la cucaracha, (...)

Les souvenirs de JPM « Les Ramones et moi »

Ce matin-là, gare de Bourges, je partais pour une tournée militante en Italie organisée par un metteur en scène languedocien rencontré au stand de l’Hérault à la fête de l’Huma. L’idée était de faire de l’Agitprop sur les places de villages, dénoncer le capitalisme, la répression kurde, blasphémer un peu sur (...)

Lire aussi :