Françoise Héritier, le goût des autres de Laure Adler

La multiplicité d’être au monde

par ALPHONSE CUGIER
Publié le 20 janvier 2023 à 15:37

Étude de la notion de personne en Afrique noire, engagement féministe et prises de position sociétales et politiques.

Masculin/Féminin 1 : la pensée de la différence, Masculin/Féminin II : dissoudre la différence… À la lecture des titres de ces ouvrages de Françoise Héritier (1933-2017), on voit que Laure Adler, qui a réalisé les biographies de Marguerite Duras, Hannah Arendt, Simone Weil, ne pouvait que faire celle de son amie de longue date dont elle a suivi les cours, assisté aux conférences et séminaires.
Disciple de Claude Lévi-Stauss, elle lui succéda au Collège de France (Chaire d’Étude comparée des sociétés africaines), seconde femme élue après Jacqueline de Romilly (Chaire de la Grèce antique). Elle part en Afrique, en Haute-Volta devenue le Burkina Faso, effectue des relevés sur le terrain, enregistre les chants, collectionne les contes, proverbes et tout ce qui relève de la littérature orale, s’intéresse aux migrations éventuelles, aux règles d’alliance, à l’organisation sociale des peuples Samo et Dogon. Voulant « arracher l’Afrique au racisme », Françoise Héritier dynamite tous les clichés et dresse un état des connaissances. Anthropologue autant qu’historienne, elle suit la montée du terrorisme et de sa violence aveugle au Mali, Niger et Burkina Faso.

Marcher ensemble : le sel de la vie

Laure Adler assume son émotion en repensant à son amie dont elle appréciait « la petite voix fluette et douce », une battante pragmatique et enthousiaste, fidèle aux personnes et à ses idées, œuvrant pour l’égalité des sexes et présidente du Conseil national du sida. Elle évoque l’amoureuse, mariée à deux ethnologues Michel Izard et Marc Augé. Avec un luxe de détails, elle construit pièce par pièce le portrait d’une femme en perpétuel mouvement dont le regard chaleureux sur les choses, le monde et les êtres qui l’habitent, a transformé ceux qui l’ont côtoyée, écoutée ou lue. C’est le contact par les mains qui est au cœur de toute approche et compréhension de l’autre, le sentiment d’intimité qu’il suscite fait que quelque chose se lie d’emblée. Cette attitude explique aussi son cheminement politique, sa volonté de l’instauration d’un monde meilleur, fondé sur les forces d’humanité qui subsistent et persévèrent, en lieu et place de celui-ci, fracturé, inégal, auquel elle refuse de s’y résoudre.
Le sérieux de ses études et recherches ne l’empêche pas de fréquenter les cafés et les boîtes de jazz de Saint-Germain-des-Près. Elle y rencontre les écrivains Chester Himes et Richard Wright avec lesquels elle noue une amitié féconde et qui l’éveillent aux luttes anticoloniales. Suivra une véritable addiction pour les romans noirs. Au total, une vie qui marie un riche travail scientifique, une présence au monde qui cultive l’altruisme et une dimension romanesque patente que Laure Adler déploie avec une écriture fluide, élégante de simplicité. Un livre lumineux, sensible, comblé de liberté enjouée et épanouie.

Albin Michel, 272 pages, 18 photos, 21,90 €.