Les Gueules noires d’Émile Morel

La vie des mineurs de fond au début du XXe siècle

Publié le 31 décembre 2020 à 11:00 | Mise à jour le 30 décembre 2020

Myriam Degraeve (éditions À Propos) a eu l’excellente idée de republier, 113 ans après, Les Gueules noires d’un auteur arrageois aujourd’hui oublié, Émile Morel. Et comme cette jeune maison est spécialisée dans les livres consacrés à l’art, à l’histoire de l’art et au patrimoine, cet ouvrage est accompagné de 16 lithographies hors texte et de 41 dessins de l’illustrateur anarchiste Steinlen.

Publié en 1907, un an après la catastrophe de Courrières qui avait fait 1 099 morts le 10 mars 1906, le livre d’Émile Morel n’a curieusement été suivi d’aucune autre publication sur la catastrophe dans les années suivantes, s’étonne Myriam Degraeve. Cette dernière doute même de la réalité d’une « quatrième édition » mentionnée sur l’exemplaire qu’elle a utilisé pour le présent livre. « Peut-être s’agit-il d’une mention à usage commercial sans fondement réel comme cela se pratiquait alors », écrit-elle.

5 francs pour le cercueil

Quant à l’auteur, dont on ne trouve aucun ouvrage dans le f

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Contretemps, un livre et un CD Poésie et musique médiévales

Retrouvailles avec les troubadours et célébration de la vitalité de la lyrique amoureuse occitane.
De la complicité entre l’historien Patrick Boucheron, les musiciens Bruno Allary, fondateur de la Compagnie Rassegna, et Isabelle Courroy, spécialiste des flûtes obliques kaval, est née une composition (...)

Lire aussi :