Jours d’Amérique (1978-2011) de Jean-Christophe Bailly

Loin des figures convenues

par ALPHONSE CUGIER
Publié le 18 juin 2021 à 17:19

Depuis des décennies, les États-Unis sont immergés dans notre patrimoine rétinien, réserve inépuisable d’images façonnée par les
romanciers américains et constituée au fil de kilomètres de pellicule, univers délimité par le cadrage et le découpage cinématographiques. Des écrivains français (Stendhal, Sartre, Morand, Dugain, Viel, Humbert...) ont aussi un imaginaire américain, qu’ils aient traversé l’Atlantique ou pas. Jours d’Amérique (1978-2011) propose des visions échelonne

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous