© Hermance Triay (avril 2021)
Combats et métamorphoses d’une femme d’Édouard Louis

Nœuds de vies, très serrés, enfin déliés

par ALPHONSE CUGIER
Publié le 30 avril 2021 à 17:24

Cela commence par une photo de sa mère âgée de vingt ans, autoportrait photographié que l’auteur ne connaissait pas, une Monique légèrement souriante (photo placée à la fin du livre, deux autres y figurent). «  J’avais oublié, dit Édouard Louis, qu’elle avait été libre avant ma naissance - heureuse ? » Il se souvenait d’elle, cantonnée à n’être que mère au foyer, aux tâches domestiques, usée par la pauvreté et la nécessité, empâtée, laminée, humiliée par la violence de son mari et avoue avoir été, malgré lui, aussi l’un des acteurs de cette destructi

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Mots clés :

Edouard Louis