Notre Homère, c’est Giono

Publié le 16 avril 2020 à 19:02 | Mise à jour le 15 avril 2020

Mort il y a cinquante ans, Giono demeure à ce jour le seul écrivain païen de langue française. Une Pléiade, sortie pour l’occasion, permet d’explorer différentes facettes d’une œuvre lumineuse.

« Il y aura eu d’abord pour nous comme une fraîcheur d’eau au creux de la main.  » C’est ainsi que Philippe Jaccottet termine la préface à sa traduction de l’Odyssée, la plus belle sans doute. C’est aussi la sensation que laisse la lecture de l’œuvre de Jean Giono dont on célèbre cette année le cinquantenaire de la mort. Est-ce tout à fait un hasard ? Giono écrit un de ses premiers livres, Naissance de l’Odyssée, qui paraît en 1930, sous les auspices d’Homère, le grand aveugle qui voyait tout. Il s’agit une relecture presque bouffonne du mythe d’Ulysse : le hé

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Culture à la maison La case mélancolie

Vérifiez, elle se trouve bien sur l’attestation de déplacement dérogatoire. C’était un temps béni nous étions sur les plages Va-t’en de bon matin pieds nus et sans chapeau Et vite comme va la langue d’un crapaud L’amour blessait au coeur les fous comme les sages Ainsi chantait Apollinaire à (...)

A la Une :

Déconfinement Comment bien porter un masque ?

Le port du masque est désormais obligatoire dans certains lieux publics, notamment dans les transports, mais aussi dans les magasins, chez le médecin, sur le lieu de travail, etc. Voici comment bien porter un masque pour se protéger et protéger les autres.
Comment porter un masque chirurgical en (...)

Lire aussi :